Présentation du programme « Aider et Travailler »

POURQUOI LE PROGRAMME « AIDER & TRAVAILLER » ?

Pour permettre aux aidants, à leurs collègues et managers de mieux travailler ensemble.

♦ ORIGINE DU PROGRAMME & PROBLÉMATIQUE

Ce programme est né d’un triple constat :

  • Majoritairement, la prise en compte des aidants dans l’entreprise (et chez les autres employeurs) se fait uniquement en prenant en compte les aidants. Leurs collègues et managers ne sont pas pris en compte, sauf à ce que l’on souhaite les former pour prendre en compte la personne aidante. Mais, quand se préoccupe-t-on de l’impact de la présence d’un aidant sur l’équipe. Que celui-ci soit positif ou négatif ? Le programme « Aider & Travailler » est un programme inclusif. Il prend en compte le point de vue des aidants et les ajustements qui sont nécessaires pour qu’ils puissent concilier vie professionnelle et vie d’aidant. Et il prend également en compte, le point de vue des collègues et managers impactés par la présence d’un aidant dans leur équipe afin que personne ne subissent la situation d’autrui.
  • Par ailleurs, on constate souvent l‘absence d’approche stratégique globale permettant de gérer l’inclusion professionnelle des aidants, contribuant ainsi, non seulement à rendre compliquer leur maintien en emploi, mais également leur recrutement (situation discriminante au moment de l’embauche)
  • Enfin, les offres de services et les outils d’aide aux aidants (certains issus de la loi du 28 décembre 2015) sur l’adaptation de la société au vieillissement) se limitent généralement à de d’information, du soutien psychologique, des congés ou de rares soutiens financiers de entreprise, ou parfois quelques adaptations du temps de travail. Mais force est de constater que le « non-recours » à ces outils fait loi, malgré les marques d’engagement de certaines entreprises.

Notre approche inclusive Aidants ET « Non-aidant » permet d’envisager des réponses concrètes, parfois même simples, à ce sujet complexe.

11 millions d’aidants en France, dont 4,3 millions qui aident au moins un proche âgé (de 60 ans ou plus), 100 millions en Europe.

Les aidants représentent 19 % de la population française de plus de 20 ans. 63% d’entre eux décèdent avant leur proche (accompagnement patient atteint de la maladie d’Alzheimer). 3000 personnes entrent en grande dépendance chaque année.

Sur 21 millions de salariés, 20% sont des aidants, soit 4 millions 200 000 salariés.

47 % des aidants occupent un emploi.
8 salariés aidants sur 10 ont modifié leurs horaires de travail.
L’entrée en dépendance des parents est une cause de burn out.
90% des salariés rencontrés n’ont pas abordé le sujet de l’accompagnement d’un proche fragilisé avec l’assistance sociale ou le médecin du travail de leur entreprise.
226 km, c’est la distance moyenne entre un aidant et son aidé.

16 jours d’absence supplémentaires par rapport à un collègue non aidant.

Les coûts cachés du présentéisme dit ‘présent-absent’ sont supérieurs à l’absentéisme. Pour une entreprise dont le salaire annuel chargé moyen est de 27 000 €, cela représente par salarié entre 514 € et 660 €. Pour un salaire moyen de 51 000 €, entre 970 € et 1 248 €.

♦ LES OBJECTIFS DU PROGRAMME

  • Vous saisir d’un sujet stratégique pour votre entreprise
  • Utiliser cet enjeu comme levier d’aide au changement pour votre entreprise.
  • Limiter la désorganisation au sein de vos équipes et par extension la perte éventuelle de talents.
  • Vous benchmarker pour mieux vous connaitre et vous comparer aux autres entreprises sur la problématique des aidants (Baromètre).
  • Participer à un « pragmatique Lab » inter-entreprises (échanges et co-conception de solutions)
  • Evaluer les pratiques formelles et informelles de votre entreprise en vue de vous en inspirer et le cas
    échéant de les étendre.
  • Valoriser vos bonnes pratiques et potentiellement devenir pionner sur la question de l’inclusion
    professionnelle des aidants.
  • Développer l’utilisation de vos actions en faveur de l’inclusion professionnelle des aidants (aidants ET
    non-aidants)
  • Enfin, si vous le souhaitez, bénéficier d’un accompagnement simple et structuré grâce au savoir-faire de RRI et de ses 4 partenaires aux expertises complémentaires.

♦ PROGRAMME 2017 / 2018

5 avril 2017 : Diffusion du lien du questionnaire en ligne (journée mondiale du travail invisible)

Mai 2017 : 1ère diffusion des chiffres clés du « Baromètre Société »

Juin 2017 : 1ère diffusion des chiffres clés du « Baromètre Entreprise »

Juin/Septembre 2017 : Etude de cas, séances d’innovation collectives/participatives, modélisation des enseignements

Octobre 2017 : Conception du prototype de solution numérique

2018 : Extension du programme à l’Europe

Définition : L’aidant familial [ou bénévole] est « la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non et peut prendre plusieurs formes, notamment : nursing, soins, accompagnement à l’éducation et à la vie sociale, démarches administratives, coordination, vigilance permanente, soutien psychologique, communication, activités domestiques… ». Charte européenne de l’aidant familial

Pour tout complément d’information :

RRI accompagne les organisations en matière d'innovation sociétale collaborative
Banque publique d'investissement, financement et de développement des entreprises
Banque publique d'investissement, financement et de développement des entreprises
Agence de recherche en sciences sociales et humaines proposant ses services d’enquêtes
Agence de recherche en sciences sociales et humaines proposant ses services d’enquêtes
Le Laboratoire collectif des acteurs de l’innovation RH
Voir et évoluer en complexité
Réseau social national privé et sécurisé qui propose un espace solidaire d’entraide et d’échanges
Magazine en ligne d'information et d'accompagnement dédié aux personnes âgées, aux seniors et aux aidants
Magazine en ligne d'information et d'accompagnement dédié aux personnes âgées, aux seniors et aux aidants
La Maison des Aidants : propose une approche globale de l'accompagnement des aidants :  coaching téléphonique, formations, ligne d'écoute, orientation, centre de ressource.
La Maison des Aidants : propose une approche globale de l'accompagnement des aidants : coaching téléphonique, formations, ligne d'écoute, orientation, centre de ressource.

Pour voir la vidéo, cliquez sur l’image

Avec Frédérique Boulanger, Responsable RSE & Mécénat pour Crédit Agricole Assurances.

2011 : Passer de l’intuition à l’action

2017 : le temps de l’essaimage…

Pour Crédit Agricole Assurances, tout a commencé par une intuition. L’intuition que le « sujet des aidants* », à la croisée des intérêts des acteurs publics et privés (marchands et non marchands), devenait une préoccupation majeure.

Ainsi dès 2011, Crédit Agricole Assurances lance un appel à projets en faveur des aidants. Le succès de l’opération est tel que près de 200 projets sont reçus. Attentive à ce premier signal, renforcé par les quelques rares chiffres concernant les aidants (40% des aidants ont une activité professionnelle), la Direction de la RSE se saisit du sujet pour ses propres salariés.

La suite

Témoignage de Sylvia, 35 ans, analyste crédit dans une grande banque française. Collègue d’un aidant* depuis 6 ans.

Je ne suis pas aidante et pourtant, mon équipe et moi sommes concernés ! 

De prime abord, Sylvia ne se considérait pas comme concernée par le sujet de l’inclusion professionnelle des aidants. Pourtant, comme 4,2 millions d’aidants et leurs 8 millions de collègues et managers, son travail et celui de son équipe est impacté au quotidien.

Lorsque son collègue aidant n’est pas présent pour le bouclage d’un dossier client, c’est à l’équipe de le reprendre bien qu’elle n’y soit pas initialement assignée. Pourtant, Sylvia et son équipe considèrent qu’ils ont de la « chance » car ils ont réussi à mettre en place une organisation « informelle » pour pallier à cette situation.

La suite

Témoignage d’Evelyne, ancienne assistante de direction dans une PME, a créé son propre emploi.

Mes collègues étaient jalouses ! J’ai dû lui demandé si elle voulait qu’on échange nos congés et la santé de nos enfants !!!


Evelyne travaillait dans une PME spécialisée dans le négoce international de pièces détachées, une entreprise comprenant une vingtaine de collaborateurs. On n’y comptait pas les heures, et le travail était très intéressant.

Après quelques années d’activité Evelyne attend un bébé et part en congés maternité. Mais l’état de santé de son fils à naître est critique, il est atteint de Spina bifida. A la naissance, Evelyne informe son employeur de la situation de santé de son enfant. Dès lors, celui-ci, son associé et son chef de service font preuve d’une grande compréhension et permettent à Evelyne d’assouplir, comme nécessaire, son temps de présence dans l’entreprise.

La suite

Témoignage de Marcel, 56 ans, cadre administratif dans une grande banque française. Aidant de son petit frère, puis de sa maman.

Un collaborateur impliqué, à l’instar de sa hiérarchie !

Marcel n’avait pas conscience d’être un aidant, il était simplement un fils et un grand frère qui a apporté son aide pendant 6 ans.
C’est à l’occasion de la visite de forums portant sur les problématiques de santé et de sa rencontre avec un groupe d’aidants, dont il fait désormais partie, qu’il se rendra compte de son « statut » d’aidant proche.
Marcel se considère chanceux d’avoir eu une hiérarchie et des collègues compréhensifs et ouverts à propos de sa situation d’aidant.

La suite

Témoignage de Sandrine, 45 ans, employée dans un grand groupe français et maman d’un jeune garçon de 11 ans, né… beaucoup trop tôt !

Ah bon, il faut faire la grève de la faim pour avoir un entretien avec sa hiérarchie quand on est aidant !?

Heureusement, pas pour tout le monde !
Mais c’est tout de même ce par quoi Sandrine a dû passer pour réussir à se faire entendre de sa hiérarchie au moment où la santé de son fils se dégradait et qu’il lui fallut aménager d’urgence son temps de travail, comme la loi l’y autorise.

C’est certain, Sandrine, ne se sent pas aidante, elle se dit simplement maman !

La suite